[Testé pour vous] J’ai testé l’hypnose contre le vertige !

[Testé pour vous] J’ai testé l’hypnose contre le vertige !

Quand l’occasion se présente, entre deux épisodes « d’objectif machine », je vous confie mon avis /retour/ test, sur ce qui pourrait nous faire progresser. 

.

J’ai testé pour vous… L’hypnose !

En lien avec l’épisode 2 d’objectif machine sur le travail du mental, j’ai voulu foutre un gros coup de pied au cul à ma peur du vide… J’ai longtemps entendu parler de l’hypnose comme soutien pour les peurs phobiques ou les addictions, alors j’ai voulu tester sur ma peur de la hauteur et du vide… Je me suis rendu chez une hypnothéapeuthe de Nice pour faire une séance. Cette thérapeute travaille avec la méthode Eriksonniene.

 

Pour commencer, on chasse les vieilles idées reçues : 

  • Non, je n’étais pas en lévitation durant l’hypnose,
  • Non, je n’ai pas oublié ce qui s’est passé, j’étais même consciente tout au ont de la séance. A ce sujet, si vous refusez de « lâcher prise », il y a peu de chances que cela fonctionne
  • Non, l’hypnothérapeute ne prend pas l’emprise sur nous en nous faisant faire des choses contre notre volonté. (enfin ça existe peut-être, mais choisissez bien votre thérapeute et ça n’arrivera pas 😉 )

 

Ensuite, on ouvre son esprit sur quelques éléments avant de commencer:

Il faut un certain lâcher-prise pour que ça fonctionne. Si vous êtes hermétique ou si ça vous fait peur, ce n’est pas la peine d’essayer, ça risque fortement de ne pas fonctionner. Il vaudra mieux se tourner vers des méthodes comme la PNL (programmation neuro-linguistique), des outils dont se servent les thérapeutes quand l’hypnose ne fonctionne pas. De mon côté, j’ai du lutter contre moi-même pour vraiment lâcher prise, notamment au moment où je me suis réellement sentie très très lourde (même ma langue était lourde, sensation très étrange, même en faisant de la relaxation ou du yoga, je n’avais jamais ressenti ça…), mais j’ai choisi de jouer le jeu jusqu’au bout.

 

Comment j’ai vécu cette séance?

Des moments étranges, il y en a plusieurs, comme quand on entend la voix de l’hypnothérapeut qui change de ton une fois la séance commencée. Quand ta langue est tellement lourde qu’on se dit « je vais m’étouffe avec.. » Une fois passé ces interrogations e découvertes de nouvelles sensations, on se recentre, car l’hypnothérapeuthe est un guide, il nous accompagne dans ce « voyage ». L’hypnothérapeute nous oriente et c’est nous qui choisissons de visualiser ce que nous voulons et de diminuer la peur comme nous le souhaitons. C’est donc assez rassurant pour ceux qui ont peur qu’une thérapeute « s’immisce » dans des histoires intimes.

 

Et pour finir… (Ce qui vous intéresse le plus) est-ce que « ça marche »?

Alors oui… et non… « Il ne faut pas se cacher derrière des outils magiques ». Il faut bien identifier sa peur pour y travailler… Pour ma part, j’ai peur de grimper en tête car, j’ai peur de tomber, mais aussi car j’ai le vertige. Je me suis donc naturellement dit que si j’atténuais, si je faisait disparaitre, si je liquidais cette fichue peur du vide, je ferai un très grand pas en avant… Mais c’était sans compter que dans la peur de la chute en falaise, il y a énormément de choses qui entrent en jeu…

 

Une liste non exhaustive de ces autres peurs qui entrent en jeu

  • peur que ton assureur ne te dynamise pas suffisamment ou pire, qu’il te lâche;
  • peur que la corde se sectionne sur une arête ou à cause des frottements;
  • peur de se prendre un cailloux, ou qu’un gros bloc tombe sur toi ou ton assureur (perso ça m’est arrivé, juste en posant le pied sur une prise qu’un bloc assez important tombe et atterrisse aux pieds de mon assureur). Ca refroidit quand même;
  • peur de se coincer un bras ou un doigts dans le rocher et de ne plus pouvoir bouger;
  • Peur de mal faire la manip en haut et de tomber;
  • etc.

PS : je n’ai jamais dit qu’il s’agissait de peurs rationnelles…

 

Donc même si la peur du vide diminue, il restera les autres peurs, rationnelles ou irrationnelles, qu’on doit accepter, elles sont et resteront là dans un coin de notre tête et pourront ressurgir à n’importe quel moment. L’escalade, même en couenne, reste un sport dans un milieu naturel et même si le risque est maitrisé, on accepte aussi que l’imprévu puisse arriver.

 

En quoi l’hypnose a été utile dans ma pratique:

Avant, j’avais le vertige en haut des blocs. Dans ma salle, certains tops peuvent être assez hauts, à 5 ou 6 mètres de haut et toucher le top en situation d’instabilité et risquer de chuter si haut était jusque là inconcevable pour moi. Il fallait que je refasse une voie 3 ou 4 fois avant de m’aventurer jusqu’au top. les difficultés étaient souvent pas d’ordre technique, mais plutôt d’ordre émotionnel. Je me mettais des petits défis  » allez, aujourd’hui je vais en haut de cette voie qui est tout à fait à ma portée… » une grande partie de mon énergie était utilisée (gaspillée?) en ce sens.

Suite à ma séance d’hypnose, je suis allée à la salle… Premier bloc, je l’enchaine et le flash en allant jusqu’au top. Et ce n’est qu’une fois au top que je réalise où je suis… Sans frissons, sans peur, juste avec une sensation qu’il me manque quelques chose. C’était assez étrange, mais l’hypnothérapeute m’avait prévenue : «  »parfois ça peut nous manquer de ne plus avoir cette sensation phobique qui nous a longtemps accompagnée et notre inconscient, souvent, ne se débarrasse jamais complément de cette crainte, car elle reste « rassurante » car connue ».

Bien contente d’avoir laissé de côté cette crainte, aujourd’hui je fais des séances où ma difficulté en bloc est quasi seulement d’ordre technique ou physique. Je ne renonce (presque) plus pour cause de hauteur, je chute, je tombe, je saute du haut du bloc si ce n’est pas possible de désescalader. Tout cela peut paraitre normal et naturel pour le commun des grimpeurs, mais pour moi c’était initialement très difficile de me sentir en hauteur. Avec cette nouvelle appréhension de la hauteur, mes séances sont plus intenses et sans cette crainte, j’ai gagné un niveau en une séance !

Je ne regrette donc pas une seconde d’avoir testé l’hypnose pour ma peur de la hauteur et du vide, si j’en ai l’occasion, je pense que je retournerai en faire ne seconde, pour aller plus loin et désancrer plus profondément cette peur infondée.

 

Réponse en vidéo! 🙂

Crédits:

Tournage, montage : Del Berlioux

Hypnotherapeute : Merci à Caroline Bigot Mérou (Nice) pour m’avoir permis de tester cette méthode
Tu aimes? Abonne-toi à ma chaîne ! 🙂

Et suis-moi sur :
Facebook : https://www.facebook.com/Battementdel
Twitter : @DelBerlioux
Instagram : Delberlioux
Mon blog : www.battementdel.fr

N’oublie pas de mettre un pouce bleu si tu as aimé la vidéo, pour me donner envie d’en faire d’autres ! 😉

Et t’inquiète, si tu mets des pouces en bas, ça ne va pas me décourager non plus 😉



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *